Ce super-héros qui n’existe pas

Superman et Clark KentUn super héros enfilant un slip sur un collant, c’est possible.  Un vengeur, combattant les méchants à coups de lampion vert, ça passe aussi. Le ridicule n’empêche pas de sauver le monde, c’est acquis.  En revanche, il semble impossible pour notre inconscient collectif qu’un « binoclard » puisse, ne serait-ce même que tenter de sauver le monde ou même juste de contrecarrer l’attaque de la patte du chat maléfique contre le verre d’eau esseulé. 

Mais quel est ce préjugé si fort qui nous empêche d’envisager un super héros myope ? Tout d’abord, parce que le binoclard est un

I-N-T-E-L-L-E-C-T-U-E-L-E-U-H !

Partant de ce postulat, il doit s’acquitter d’une tache de second rôle, coincé dans un labo ou derrière un ordinateur. Il s’attelle quotidiennement à résoudre quelconques mystères très énigmatiques pour le compte de son meilleur ami d’enfance Michel, le super héros qui, lui, joue des biscotos dehors et drague les blondinettes.

 

Très rarement, mais ça c’est déjà vu, dans l’esprit du lunetteux germe l’idée saugrenue de sortir de sa tanière – il a fini de faire ses lignes de codes, voyez-vous, et il prendrait bien une petite pause sur le devant la scène.

MAIS, l’air du dehors réduisant ses capacités physiques et intellectuelles, sa venue ne fait qu’envenimer la situation. Le susnommé Michel se retrouve donc avec une personne de plus à sauver sur les bras.

 

Ainsi soit-il ! Chacun sa place, le lunetteux est beaucoup plus utile – et en sûreté – confiné dans un rôle de back-up surdoué. Petite masse musculaire, grande intelligence = rat de bibliothèque fébrile.

 

La possibilité d’un nouveau héros ?

 

Avec l’arrivée d’Harry Potter il y a 10 ans, un espoir naquit dans le cœur de tous les petits n’enfants (et des grands) à lunettes. Même s’il passe une bonne partie de son enfance enfermé sous l’escalier #Malédiction et qu’il a reçu un coup de baguette sur le nez étant bébé – car même loupé un Avada Kedavra, ça peut salement chiffonner le système oculaire d’un nourrisson – grâce à Harry, de nouvelles possibilités prenaient forme. Etait-ce les prémices de la révolution des super héros à lunettes ? Malheureusement, non. Depuis, aucun myope n’a repris le flambeau.

Alors, to be continiouaid… Oui ou non ?

 

PS : En finissant d’écrire cet article barbant (ainsi soit-il, amen, alléluia), on se demande quand-même si la réponse n’est pas juste dans l’énoncé (chevalier blanc d’Henri IV, bla-bla-bla).

En effet, un justicier surgongflé de pouvoirs ne peut pas avoir de tare génétique puisque perfection et défaut ne coexistent pas dans un corps de super-héros. C’est pour cela que Clark Kent perd ses binocles quand il se transforme. CQFD.

=> Ce qui nous amène donc à conclure que cet article a été écrit pour rien…

… Mais, non, vraiment, ne lâchons rien.  Voir plus souvent des héros et héroïnes à lunettes, façon Bayonetta, qui ne sont pas des intellos-savants-fous-geek-autistes mais des individus géniaux qui castagnent les méchants, cela pourrait être bien « sympa ». Avis aux scénaristes des Etats-Unis d’Amérique. Ci-mer.